latiniser


latiniser

latiniser [ latinize ] v. <conjug. : 1>
• av. 1544; bas lat. latinizare
I V. tr.
1Revêtir (un mot) d'une forme latine; rapprocher (une graphie) de l'étymon latin.
2Marquer d'un caractère latin, de l'esprit latin. Latiniser la Bible.
II V. intr.
1(1551) Vx Affecter de parler latin.
2(1842) Relig. Pratiquer le culte de l'Église latine, en parlant des chrétiens d'Orient appelés latinisants.

latiniser verbe transitif Donner une forme latine à un mot. Donner à quelqu'un, à une population les caractères latins, en particulier leur imposer la langue latine. Linguistique Effectuer une latinisation

latiniser
v. tr. Donner une forme latine à.
|| Donner un caractère latin à. Les Romains latinisèrent la Gaule. Syn. cour. romaniser.

⇒LATINISER, verbe trans.
A. — Emploi trans.
1. Donner une forme latine (à un mot, un nom ou un affixe). Tite-Live a latinisé tous les noms étrangers qui entrent dans son Histoire. Beaucoup de nos vieux auteurs qui ont latinisé leurs noms les ont rendus tout à fait méconnaissables (Ac.). Shah-Poor, que les Latins ont latinisé en Saper selon leur folle coutume d'euphonie (VIGNY, Journal poète, 1857, p. 1364). Jargon napolitain qui porte l'accent et traîne sur la dernière syllabe des prénoms familiers ce qui les latinise comme un chant d'église (CENDRARS, Bourlinguer, 1948, p. 144) :
1. Comment s'appelle le village? Le plus souvent, il porte un nom qui caractérise sa situation géographique accompagné du suffixe gaulois « ialos » latinisé en « ialum » que l'on peut traduire par « terroir »...
MENON, LECOTTÉ, Vill. Fr., 1, 1954, p. 11.
2. Le plus souvent au part. passé
a) Soumettre (quelqu'un) à l'influence de la civilisation latine. Ce sont des Grecs latinisés qui construisirent et décorèrent Pompéi (FAURE, Hist. art, 1909, p. 113). La Gaule a volontiers appris de Rome et lui a beaucoup pris : elle n'a pas été radicalement transformée. L'écroulement de l'empire d'Occident la trouvera latinisée, certes, mais encore profondément celtique (Encyclop. éduc., 1960, p. 9) :
2. ... il a toujours existé (...) une radicale différence entre les gens de la rive droite du Rhin et ceux de la rive gauche, latinisés et civilisés infiniment plus vite.
LOTI, Vertige mond., 1917, p. 72.
b) Faire adopter (à quelqu'un) le rite latin. Grec latinisé (Ac.) :
3. Les chrétiens du Levant (...) ont des formes extérieures de religion très différentes des nôtres. Qu'ils soient schismatiques ou orthodoxes, ils ont des rites à eux. Pendant longtemps, on a essayé de les latiniser.
BARRÈS, Cahiers, t. 14, 1922, p. 134.
B. — Emploi intrans.
1. Connaître le latin; affecter de parler le latin, abuser de latinismes. Ne s'arrêtant plus de latiniser, il [l'écolier limousin, cf. Rabelais, Pantagruel, VI] révèle en ces termes la province de France dont il est natif : — L'origine primève de mes aves et ataves (FRANCE, Rabelais, 1909, p. 75). Rabelais (...) n'a pas travaillé pour les lettrés de son temps : il aurait dans ce cas rédigé en latin. Il a écrit pour ceux qui ne latinisaient pas, ou guère (L. FEBVRE, Combats pour hist., L'Homme, la légende, l'œuvre, 1931, p. 261).
2. [En parlant d'un catholique de rite grec] Suivre le rite latin. (Dict. XIXe et XXe s.).
REM. 1. Latinisant, -ante, adj. et subst. a) (Personne) qui connaît la langue et la littérature latines; (personne) qui affecte de parler le latin, qui abuse de latinismes. Comme l'idée de fourmi-lion se retrouve dans beaucoup de langues d'Europe, son absurdité doit sans doute être mise à la charge des latinisants (GOURMONT, Esthét. lang. fr., 1899, p. 205). Un pauvre diable de prosodiste latinisant, un chevalier sans gloire du dactyle et du spondée, Nicolas Bourbon (L. FEBVRE, Combats pour hist., L'Homme, la légende, l'œuvre, 1931p. 252). b) (Personne) qui pratique le rite latin. Grecs latinisants (LITTRÉ). 2. Latiniseur, subst. masc., fam. Personne qui affecte de parler le latin, qui abuse des latinismes. L'accent d'enthousiasme et de fierté des Renaissants français du XVIe siècle, face aux latiniseurs et aux italianisants de leur temps (R. MILLIEX, Le Grec mod., lang. « barbare », 1959, p. 14 ds QUEM. DDL t. 7).
Prononc. et Orth. : [latinize], (il) latinise [latini:z]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1551 intrans. « donner une forme latine à un mot, à une tournure » latiniser en françois (B. ANEAU [?], Le Quintil Horatian sur la defence et illustration de la langue francoise, 196 [Lyon, J. Temporal] ds QUEM. DDL t. 5); 1558 trans. (B. DES PÉRIERS, Nouv. recreat., XIV ds Œuvres francoises, éd. L. Lacour, II, 66); 2. 1580 intrans. « affecter de parler latin » (MONTAIGNE, Essais, éd. A. Thibaudet, I, XXVI, p. 209); 3. 1718 « pour les Chrétiens de rite grec, suivre le culte de rite latin » grec latinisé (Ac.); 1840 grec latinisant (Ac. Compl. 1842). Empr. au b. lat. latinizare « traduire en latin », dér. de latinus, v. latin.
DÉR. Latinisation, subst. fém. Action de latiniser. a) [Correspond à A 1 supra] Il est possible (...) que Paul, à l'exemple d'un grand nombre de juifs, eut deux noms, l'un hébreu, l'autre obtenu par grécisation ou latinisation grossière du premier (RENAN, St-Paul, 1869, p. 19). b) [Correspond à A 2 a supra] La latinisation de la Gaule (L. FEBVRE, Combats pour hist., Temps naissance géogr. ling., 1906, p. 152). []. Att. ds Ac. 1932. 1res attest. 1722 « action de latiniser un mot » (P. D. HUET, Huetiana ds Fr. mod. t. 14, p. 289), 1906 « action de marquer d'un caractère latin » (L. FEBVRE, loc. cit.); de latiniser, suff. -(a)tion.

latiniser [latinize] v.
ÉTYM. Av. 1544; bas lat. latinizare, du lat. class. latinus. → Latin.
———
I V. tr.
1 (V. 1534). Revêtir (un mot) d'une forme latine, soit à l'aide d'une désinence, soit en le traduisant. || « Beaucoup de nos vieux auteurs qui ont latinisé leurs noms les ont rendus tout à fait méconnaissables » (Académie). || Latiniser des mots français (→ Franciser, cit. 1). || Latiniser les mots d'une manière ridicule (→ Style macaronique).
2 (1873). Par ext. Marquer d'un caractère latin, de l'esprit latin. || Latiniser la Bible (→ Helléniser, cit. 2).
1 Apulée nous laisse entrevoir ce que pensait, comment agissait un Africain latinisé de ce temps-là.
Louis Bertrand, le Livre de la Méditerranée, p. 127.
———
II V. intr.
1 (1551). Vieilli. Connaître le latin; affecter de parler latin. || Pédant qui latinise à outrance.
2 Rabelais (…) n'a pas écrit pour les lettrés de son temps : il aurait dans ce cas rédigé en latin. Il a écrit pour ceux qui ne latinisaient pas, ou guère.
Lucien Febvre, Combats pour l'histoire, p. 261, in T. L. F.
2 (1842). Relig. Pratiquer le culte de l'Église latine, en parlant de chrétiens d'Orient. Latinisant.
DÉR. Latinisant, latinisation, latiniseur.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • latiniser — Latiniser. v. a. Donner une terminaison, une inflexion Latine à un mot, à un verbe d une autre langue …   Dictionnaire de l'Académie française

  • latiniser — (la ti ni zé) 1°   V. a. Donner une inflexion latine à un mot d une autre langue. •   Il y a une espèce de barbarie à latiniser des noms français que la postérité méconnaîtrait ; et les noms de Rocroi et de Fontenoi font un plus grand effet que… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • LATINISER — v. a. Donner une terminaison, une inflexion latine à un mot d une autre langue. Tite Live a latinisé tous les noms étrangers qui entrent dans son Histoire. Beaucoup de nos vieux auteurs qui ont latinisé leurs noms, les ont rendus tout à fait… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • LATINISER — v. tr. Donner une terminaison, une forme latine à un mot d’une autre langue. Tive Live a latinisé tous les noms étrangers qui entrent dans son Histoire. Beaucoup de nos vieux auteurs qui ont latinisé leurs noms les ont rendus tout à fait… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Latiniser — Latˈinīzer or Latˈinīser noun • • • Main Entry: ↑Latin …   Useful english dictionary

  • latinisant — latiniser [ latinize ] v. <conjug. : 1> • av. 1544; bas lat. latinizare I ♦ V. tr. 1 ♦ Revêtir (un mot) d une forme latine; rapprocher (une graphie) de l étymon latin. 2 ♦ Marquer d un caractère latin, de l esprit latin. Latiniser la Bible …   Encyclopédie Universelle

  • latinisation — [ latinizasjɔ̃ ] n. f. • 1722; de latiniser ♦ Action de latiniser un mot, et par ext. de marquer d un caractère latin. Latinisation d un peuple, d un pays. ● latinisation nom féminin Action de latiniser ; fait d être latinisé. Pénétration massive …   Encyclopédie Universelle

  • latiniza — LATINIZÁ, latinizez, vb. I. tranz. A introduce pe cale savantă şi în mod masiv cuvinte latine într o limbă sau a reface forma cuvintelor de origine latină din acea limbă pentru a le face cât mai apropiate de forma originară. – Din fr. latiniser.… …   Dicționar Român

  • barbarie — [ barbari ] n. f. • 1495; lat. barbaria 1 ♦ Manque de civilisation, état d un peuple non civilisé. Tirer un peuple de la barbarie. « Des restes de barbarie traînent encore, dit M. Bergeret, dans la civilisation moderne » (France). 2 ♦ Absence de… …   Encyclopédie Universelle

  • gréciser — (gré si zé) 1°   V. a. Donner une forme grecque à un mot d une autre langue. •   Ils [les Romains] n ont pas imaginé que le boeuf sauvage décrit par Aristote sous le nom de bonasus pouvait être l un ou l autre de ces boeufs, dont ils venaient de… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré